L'orgue Hammond

 

L'orgue Hammond

 

Inventé vers 1933 par l’américain Laurens Hammond, l’orgue Hammond à roues phoniques a été initialement conçu pour donner la possibilité aux églises et aux particuliers d’acquérir un orgue moins encombrant, moins lourd et moins cher que l’orgue à tuyaux.

undefined

Laurens Hammond

Le son est produit par 91 roues montées sur différents axes actionnés par un moteur synchrone. Un micro magnétique est placé à proximité de chaque roue. Le son de base est dit « flûté » et donc proche de l’onde sinusoïdale. En dosant les divers harmoniques avec les tirettes, on pratique ainsi une forme de synthèse additive permettant presqu’une infinité de combinaisons sonores.  Le son était à l’origine amplifié et diffusé par des cabines comportant un ampli à tubes et des haut-parleurs médiums et graves.

Le succès de cet instrument fut immédiat en Amérique et en Europe car beaucoup d’églises et de particuliers firent l’acquisition d’un orgue Hammond.

De nombreux modèles d’orgues Hammond furent créés depuis 1934. Le plus connu est le modèle B3 produit de 1954 à 1974. Les modèles C3, A 100, D100...  sont munis exactement du même générateur que le B3 mais le meuble est esthétiquement moins conçu pour être sur une scène...L’instrument comporte deux claviers manuels de 61 notes et un pédalier de 25 notes pour les B3, C3, A100 et 32 notes pour les modèles D100... D’autres modèles plus légers comportant des claviers plus petits et un pédalier d’une seule octave sont également commercialisés... La production des instruments à roues phoniques s’est arrêtée en Août 1974 pour faire place à des instruments purement électroniques avec des transistors au lieu de tubes,  imitant ceux de la première génération avec plus ou moins de bonheur ou de réalisme...  Il existe aussi des claviers électroniques uniques ou doubles qui donnent le son de l’orgue Hammond.

Le célèbre B3

undefined

Dans les années 50-60, les musiciens de Jazz (le plus célèbre est Jimmy Smith...) adoptèrent l’instrument en y associant non plus la sonorisation d’origine prévue par Hammond mais bien la cabine Leslie du nom de son inventeur Don Leslie. Cette invention qui fut brevetée en 1940 donne au son par des effets rotatifs sur les haut-parleurs, une spatialisation et un effet de trémolo tout à fait unique et approprié à l’orgue de Jazz... En 1963, la Leslie 122 à deux vitesses donnait la possibilité de jouer sur le contraste entre les vitesses lente et rapide... Contrairement à ce que l’on pourrait croire, dans les Leslie de cette génération, ce ne sont pas les haut-parleurs qui tournent mais des rotors (la trompe et le tambour) actionnés par deux fois deux moteurs et placés respectivement au-dessus du haut-parleur des sons aigus et en-dessous du haut-parleur des sons graves. Un filtre passif avec coupure à 800 Hz répartit le son entre les deux canaux.

Les progrès sont indéniables : à l’heure actuelle, on peut acquérir des clones de divers modèles et marques qui donnent un son fort proche du son original de référence. En ce qui concerne l’effet Leslie qui fait l’objet de variations de fréquence, phase, amplitude, direction, volume... le résultat des simulations semble un peu moins convainquant...Ca ne tourne plus, donc ça ne vit plus...Enfin...

Les orgues Hammond et la cabine Leslie 122 utilisés pour l’enregistrement de ce CD sont tous de la génération du B3  restaurés dans leur état original mais qui pourtant sont extrêmement différents sur le plan du caractère, de l’équilibre, de la dynamique, des couleurs...

Découvrez l'orgue hammond via ce documentaire original de la BBC.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×